ホ-ム Quartier Latin Sendaiホ-ム カルチェラタン 仙台

Devoirs

Trimestre de printemps Livres d'enfants

samedi 12h00

  • 28 juillet


    Cliquer sur l'image pour agrandir

    Le coquillage

    Ronfle coquillage
    Où l'on entend tout le bruit de la mer
    Vague par vague,
    Où l'on entend marcher les petits crabes
    Où l'on entend mugir le vent amer.

    Ronfle coquillage
    Ah ! Je revois tous les bateaux de bois,
    Les voiles blanches
    Claires comme un matin de beau dimanche,
    Ailes de la joie.

    Ronfle coquillage !
    En toi je retrouve les beaux jours vivants,
    Où les mouettes claquaient au vent
    Dans un grand ciel bleu gonflé de nuages,
    De nuages blancs, signes du beau temps...!

    Ronfle, coquillage.

     

    Maurice Fombeure

     

     

     


    Cliquer sur l'image pour agrandir

    Les aventures d’une famille de chats

    Le chat brun, dans le salon
    A beau tourner en rond,
    Ça ne fait qu’un seul chat brun,
    Une fois un, un.

    Le chat fait la grimace,
    Car il est furieux
    De voir un autre chat dans la glace !
    Une fois deux, deux.

    Chat et chatte, heureux comme des rois,
    Regardent leur petit qui boit,
    Une fois trois, trois.

    Les chats font semblant de se battre
    Une fois quatre, quatre…

    Puis, grimpés sur le toit de zinc,
    Une fois cinq, cinq.

    Ils pourchassent les souris,
    Une fois six, six.

    Et sautent après les alouettes,
    Une fois sept, sept…

    Sur le toit, ils passent la nuit,
    Une fois huit, huit…

    Alors que leur bon lit d’étoffes,
    Une fois neuf, neuf,

    En bas, les attend chez Clarisse,
    Une fois dix, dix.

     

    Jean Tardieu

     

     

    Les conseils du samedi

     

     

     

    Calendrier d'été :

    夏のスケジュール
    Cliquer ICI.

     

     

    Le nouveau bouquet :


    Cliquer ICI.

  • 23 juin

    enfance en poesie maurice careme
    Cliquer sur l'image pour agrandir

    L'homme

    L’homme et l’oiseau se regardèrent.
    – Pourquoi chantes-tu ? Lui dit l’homme.
    – Si, je le savais, dit l’oiseau,
    Je ne chanterais plus peut-être.

    L’homme et le chevreuil se croisèrent.
    – Pourquoi joue-tu ? Demanda l’homme ?
    – Si je le savais, dit la bête,
    Est-ce que je jouerais encore ?

    L’homme et l’enfant se rencontrèrent.
    – Pourquoi ries-tu ainsi ? dit l’homme
    – Si je le savais,dit l’enfant,
    Est-ce que je rirais encore ?

    Et l’homme s’en alla, pensif.
    Il passa près du cimetière.
    – Pourquoi penses-tu ? dit un if
    qui poussait dru dans la lumière.

    Et, pas plus que l’oiseau dans l’ombre,
    Que le chevreuil de la clairière
    Ou que l’enfant riant dans l’air,
    L’homme ne put rien lui répondre.

    Maurice Carême

     

    Le chasseur


    Quand il fut dans le bois,

    Le loup n’y était pas.

    Quand il fut près du puits,

    Le renard avait fui.

    Quand il fut près du pré,

    La pie l’avait quitté.

    Quand il fut dans le champ,

    Plus le moindre faisan.

    Il jeta son fusil

    Et vit, tout ébahi,

    Le faisan dans le champ,

    La pie au cœur du pré,

    Le renard près du puits,

    Le loup dans le taillis.

    Il en fut si marri

    Qu’il reprit son fusil.

    Et soudain plus de loup,

    Plus de renard surtout,

    Plus de pie, de faisan,

    Lui, tout seul, comme avant.

     

    Maurice Carême

     

  • 19 mai


    Cliquer sur l'image pour agrandir

    Les juments blanches

    En breton, pour dire « la jument blanche »,
    on dit : « Ar gazeg wenn ».
    En arabe, on dit : « El fâras lè bêda ».
    En anglais, on dit : « The white mare”.
    En esquimau, on ne dit rien parce que chez eux
    il n’y a pas de juments blanches.
    En espagnol, on dit : « La yegua blanca ».
    En flamand, on dit : « DE witte merrie ».

    Comme vous pouvez le voir
    toutes ces juments sont très différentes

    Mais ce sont toutes des juments blanches.

    Paul André

     

    L'homme et le chien

    L’homme et le chien

    Il ne voyait rien, il ne cherchait rien,
    Il se contentait d’avoir un grand chien

    A qui il parlait, à qui il riait
    Comme à un ami qui lui ressemblait.

    A deux, ils formaient sûrement quelqu’un,
    Quelqu’un de très bon, quelqu’un de très bien

    Traversant la vie sans souci aucun,
    Simplement content d’être très content,

    De ne désirer rien d’autre vraiment
    Que d’être ici-bas un homme et un chien.

    Maurice Carême

     

    L'artiste

    Il voulut peindre une rivière ;
    Elle coula hors du tableau.

    Il peignit une pie-grièche ;
    Elle s’envola aussitôt.

    Il dessina une dorade ;
    D’un bond, elle brisa le cadre.

    Il peignit ensuite une étoile ;
    Elle mit le feu à la toile.

    Alors, il peignit une porte
    Au milieu même du tableau.

    Elle s’ouvrit sur d’autres portes,
    Et il entra dans le château.

    Maurice Carême

     

     

    QUELQUES RADIOS POUR ÉCOUTER DU FRANÇAIS

    RFI : le Journal en français facile avec sa transcription.

    Cliquer ICI

    FRANCE MUSIQUE : Musique Classique, Baroque, Jazz, Contemporaine, présenté en français.

    Cliquer ICI

    ON VA DÉGUSTER : une émission de radio gastronomique sur FRANCE INTER. 

    Cliquer ICI

    ON NE PARLE PAS LA BOUCHE PLEINE : une émission de radio gastronomique sur FRANCE CULTURE.

    Cliquer ICI

    MOUV’ une radio à destination des publics jeunes, centrée sur les cultures urbaines, le hip-hop et la musique électronique.

    Cliquer ICI

  • 21 avril


    Cliquer sur l'image pour agrandir

    Admiration

    J'ai été devant les maisons de la ville

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    J'ai été devant les roues et les machines

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et j'ai été devant les monts immobiles

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    J'ai été devant les mers bleues les mers vertes

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    J'ai été devant les arbres des forêts

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et j'ai été devant les grosses bêtes

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et j'ai été devant les petites bêtes

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et j'ai été devant les femmes

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et j'ai été devant les hommes

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    J'ai été devant l'ombre

    Et j'ai dit
    C'est admirable
    Et devant la lumière

    Et j'ai dit
    C'est admirable

    Parce que j'ai regardé

    Pierre Albert-Birot

     

     


    Cliquer sur l'image pour agrandir

    Le Cerisier

    Un cerisier se mit à rire
    Sans savoir pourquoi.
    Les moineaux, tous à la fois,
    Rirent de l’entendre rire.

    Ce rire gagna les maisons
    Et, par-dessus les bois,
    Déferla jusqu’à l’horizon.

    « Que se passe-t-il dans le monde? »
    Dit Dieu, surpris.
    Il vint à la fenêtre ronde
    Du Paradis.

    Et comme, autour du cerisier,
    Le monde riait aux éclats
    Sans savoir pourquoi,

    Dieu lui-même dut se cacher
    Le visage entre les mains
    Pour que les anges et les saints
    Ne le voient pas rire pour rien.

    Maurice Carême